Rapport d'évaluation des pertes civiles du quatrième trimestre du Commandement des États-Unis pour l'Afrique

Le Commandement Américain pour l'Afrique a achevé son évaluation des victimes civiles du quatrième trimestre dans le cadre de l'engagement du commandement à améliorer la transparence et la responsabilité dans notre évaluation et la communication des allégations de victimes civiles. Il s'agit du troisième rapport d'évaluation des victimes civiles depuis que le Commandement des États-Unis pour l'Afrique (USAFRICOM) a commencé à publier des rapports trimestriels en avril 2020.



By U.S. Africa Command Public Affairs United States Africa Command Stuttgart, Germany Nov 06, 2020
1 photo: AFRICOM logo JPG_release thumbnail.png
Photo 1 of 1:
 Download full-resolution image

Le Commandement Américain pour l'Afrique a achevé son évaluation des victimes civiles du quatrième trimestre dans le cadre de l'engagement du commandement à améliorer la transparence et la responsabilité dans notre évaluation et la communication des allégations de victimes civiles. Il s'agit du troisième rapport d'évaluation des victimes civiles depuis que le Commandement des États-Unis pour l'Afrique (USAFRICOM) a commencé à publier des rapports trimestriels en avril 2020.

Au cours du dernier trimestre, le commandement a continué d’affiner son site Web afin d'améliorer la capacité de recevoir les allégations de victimes civiles dans plusieurs langues afin de rendre la communication entre l'équipe d'évaluation des victimes civiles et les intervenants régionaux et internationaux plus efficace.

En outre, le commandement publie régulièrement des informations et des communiqués de presse dans plusieurs langues pour élargir la diffusion des informations essentielles.

 Le commandement poursuit son engagement à dégrader la capacité d'al-Shabaab à mener des opérations extérieures de planification et d'attaques. Les frappes d'AFRICOM sont menées pour soutenir le gouvernement fédéral de Somalie et soutenir les intérêts de sécurité nationale des États-Unis.

L’USAFRICOM a commencé le trimestre avec quatre (4) dossiers ouverts. Au cours du trimestre, le commandement a reçu quatre (4) allégations concernant deux nouveaux incidents possibles, ajoutant deux (2) nouveaux cas pour un total de six (6) cas ouverts. L'USAFRICOM a également reçu six allégations supplémentaires sur un incident précédemment signalé qui reste ouvert et actuellement en cours d'évaluation. 

Au cours du dernier trimestre, USAFRICOM a statué sur trois cas.  Le commandement a effectué une évaluation de trois incidents faisant des victimes civiles, pour en inclure deux qui ont été signalés comme ouverts dans le rapport du 3e trimestre.

Trois incidents restent ouverts et en cours d'examen, dont deux du rapport précédent.

 Après une évaluation approfondie des faits et des circonstances, l'USAFRICOM a corroboré l'un de ces incidents comme ayant entraîné deux blessés civils liés à une frappe aérienne le 17 février 2020. 

« Nous utilisons un processus rigoureux de frappe aérienne et d'évaluation tout en opérant dans un environnement complexe et difficile », a déclaré le général de l'armée américaine Stephen Townsend, commandant du Commandement des États-Unis pour l'Afrique. Nous nous concentrons sur la degradation d’Al-Shabaab, la perturbation de leurs activités et d'avoir un impact sur leur capacité à planifier et à mener des attaques. Malheureusement, ce faisant, nous évaluons les blessures de deux civils survenus lors d'une frappe aérienne le 17 février. »


 L'incident du 17 février 2020 faisant des victimes civiles a été signalé à l'ambassade des États-Unis à Mogadiscio, au Congrès américain et au gouvernement fédéral de Somalie.

 « Au cours de mes 38 années d'expérience, y compris des opérations de combat en Afghanistan, en Irak et en Syrie, je n'ai jamais vu plus d’efforts minutieux pour frapper avec précision et limiter les dommages aux civils », a déclaré Townsend. « Nos efforts pour dégrader les menaces terroristes dangereuses tout en évitant les pertes civiles et en restant transparents sont sans égal. »

Contradiction entre les évaluations des victimes civiles de l'USAFRICOM et les rapports des ONG 

Les évaluations de l'USAFRICOM sur les allégations de victimes civiles diffèrent parfois de celles d'autres organisations, y compris des organisations non gouvernementales (ONG) pour un certain nombre de raisons.

Les informations du commandement sont basées sur des sources de renseignement fiables et multicouches qui ne sont pas accessibles au public. Cela peut contribuer à percevoir des écarts entre les conclusions du commandement et celles d’autres. De plus, le Commandement des États-Unis pour l'Afrique, en partenariat avec l'ambassade des États-Unis à Mogadiscio, travaille avec les dirigeants somaliens et les dirigeants communautaires pour évaluer les cas signalés de victimes civiles.

Les conditions au sol dans la zone de responsabilité de l’USAFRICOM et les activités des organisations extrémistes violentes (OEV) limitent souvent l’accès aux zones où l’USAFRICOM mène des opérations militaires ou des frappes aériennes. Néanmoins, USAFRICOM utilise tous les outils raisonnablement disponibles pour évaluer les rapports sur les victimes civiles, y compris les renseignements, les rapports open source et les contributions du public et de la communauté des ONG.

Définition des termes «Civil» et «Combattant»

Conformément au manuel du Département de la défense sur le droit de la guerre, les termes «civil» et «combattant» sont définis comme suit:

Civil: Les personnes qui ne sont pas des combattants (membres des forces militaires / de sécurité ou membres d'une force déclarée hostile ou d'un groupe armé organisé d'une partie à un conflit armé). Les civils peuvent perdre leur protection contre les attaques s'ils manifestent une intention hostile, s’engagent à un acte d'hostilité ou tant qu'ils participent directement aux hostilités mais ils conservent ou recouvrent une telle protection lorsqu'ils cessent ladite conduite, ou s'ils deviennent blessés, malades, détenus ou se rendent, et sont par conséquent incapables de poursuivre ladite conduite. Tous les membres du personnel dans la zone de responsabilité de l'USAFRICOM sont des civils protégés, à moins qu'ils ne soient positivement identifiés comme des cibles militaires légitimes.

Combattant: Les personnes qui participent directement à un conflit armé ou les personnes dont les actions hostiles ont délibérément et matériellement soutenu les hostilités contre les États-Unis. Les personnes qui font officiellement ou fonctionnellement partie d'un groupe armé non étatique engagé dans des hostilités peuvent faire l'objet d'attaques parce qu’ils partagent également l'intention hostile de leur groupe.  

Rapport trimestriel d'évaluation des pertes civiles du Commandement des États-Unis pour l'Afrique

Résumé des résultats

Ce rapport rend compte des résultats des évaluations des victimes civiles précédemment signalées comme ouvertes qui sont maintenant clôturées ou sont toujours en cours d’évaluation, ainsi que des rapports sur les pertes civiles possibles que le commandement a reçues au cours de la période considérée.

Évaluations terminées

Remarque: Lorsque les allégations sont jugées non fondées, cela signifie que les informations sont insuffisantes pour valider ou étayer les rapports faisant état de victimes civiles. Lorsque de nouvelles informations sont reçues, un rapport sur les victimes civiles peut être réévalué. Cependant, jusqu'à ce que cela se produise, l'évaluation est considérée comme terminée.

  1. 18 février 2020, (Fondé) l’USAFRICOM a reçu trois rapports d'une source de médias en ligne et d'un compte de médias sociaux affirmant que deux (2) civils ont été blessés à la suite d'une frappe aérienne américaine dans les environs de Jilib, en Somalie, le 17 février 2020. Après une enquête approfondie sur les faits et les circonstances à la suite de la frappe aérienne du 17 février 2020, l'USAFRICOM a estimé que la frappe aérienne avait causé des blessures à deux (2) civils. 

Nombre de rapports reçus sur des allégations:

3 Rapports

Source (s) d'allégation

Une source de médias en ligne et un compte de médias sociaux

Nombre de blessés déclarés: 

2

Nombre de morts déclarés:

0

 

  1. 18 mai 2020 (Non fondé) l’USAFRICOM a reçu cinq (5) rapports d'une source de médias en ligne et de comptes de médias sociaux affirmant que quatre (4) ou jusqu'à six (6) civils avaient été blessés à la suite d'une frappe aérienne américaine dans les environs de Qunyo Barrow, en Somalie, en mai 17, 2020. Après examen, les rapports ont été jugés non fondés. Contrairement aux informations selon lesquelles la frappe aérienne visait une mère et ses enfants à leur domicile, la frappe aérienne menée le 17 mai 2020 visait deux membres d'al-Shabaab dans un complexe connu d'al-Shabaab utilisé par le groupe pour planifier des attaques à Mogadiscio. Aucun civil n'a été observé dans la zone ou en interaction avec l'enceinte d'al-Shabaab. Les services de renseignement américains ont confirmé que les seules victimes de la frappe étaient des membres d'al-Shabaab, et il est estimé avec un degré élevé de confiance qu'aucune victime civile n'est survenue à la suite d'une action militaire américaine. De plus, la source initiale des rapports est connue pour être favorable à al-Shabaab. En outre, l'analyse médico-légale indique qu'au moins certaines des photographies avaient été délibérément manipulées. 

Nombre de rapports reçus sur des allégations:

5 rapports 

Source (s) d'allégation

Une source de médias en ligne et un compte de médias sociaux

Nombre de blessés réclamés: 

4 à 6

Nombre de personnes déclarées tuées: 

0

 

  1. 29 Juillet 2020 (Non fondé) l’USAFRICOM a reçu trois (3) rapports de sources de médias en ligne et un compte de médias sociaux affirmant que jusqu'à trois (3) civils ont été tués à la suite d'une frappe aérienne américaine à proximité de Jilib, en Somalie, le 29 juillet 2020. Après examen, les rapports ont été jugés non étayés. Contrairement aux informations selon lesquelles la frappe aérienne visait une résidence tuant trois enfants, la frappe aérienne a été exécutée le 29 juillet 2020 contre deux membres d'al-Shabaab dans un complexe connu d'al-Shabaab utilisé comme lieu de réunion des dirigeants d'al-Shabaab. Les renseignements américains ont confirmé que l'enceinte n'était accessible qu'aux membres d'al-Shabaab et que les victimes de la frappe étaient des membres d'al-Shabaab. Il est évalué avec un degré élevé de confiance qu'aucune victime civile n'est survenue à la suite d'une action militaire américaine. Une source a également utilisé une photo précédemment publiée en 2015.

# of reports received on allegation:

3 reports 

Allegation source(s)

An online media source & social media account

# Claimed injured: 

0

# Claimed killed: 

3

 

Incidents ouverts

  1. 28 février 2020, l'USAFRICOM a reçu trois (3) rapports d'une source de médias en ligne et de comptes de médias sociaux affirmant que deux (2) civils avaient été blessés à la suite d'une frappe aérienne américaine dans les environs de Qunyo Barrow, en Somalie, le 28 février. , 2020. L'évaluation de l'USAFRICOM est en cours.

Nombre des rapports reçus sur les allégations:

3 rapport 

Source (s) d'allégation

Une source de médias en ligne et un compte de médias sociaux

Nombre de blessés réclamés: 

2

Nombre de tués réclamés

0

 

  1. Entre le 10 mars 2020 et le 1er avril 2020, l'USAFRICOM a reçu plusieurs rapports de sources selon lesquelles quatre (4) à dix (10) civils ont été tués à la suite d'une frappe aérienne américaine à proximité de Janaale, en Somalie, le 10 mars. , 2020. Le 8 mai 2020, l’USAFRICOM a clôturé ce rapport comme non étayé. L'USAFRICOM a reçu un nouveau rapport de cet incident d'une ONG le 15 mai 2020, affirmant que la frappe aérienne avait tué six (6) civils. L'USAFRICOM a reçu un double rapport de cet incident d'une source médiatique en ligne le 17 juin 2020, affirmant que la frappe aérienne avait tué six (6) civils. L’USAFRICOM a reçu six (6) rapports en double de cet incident via le site Web de l'USAFRICOM CIVCAS le 28 et 30 juillet 2020, affirmant que la frappe aérienne avait tué six (6) civils. USAFRICOM a rouvert ce dossier et notre évaluation est en cours.

Nombre de rapports reçus sur les allégations:

19 rapports 

Allegation source(s)

Sources de médias en ligne, ONG et site Web d'AFRICOM

Nombre de blessés réclamés: 

0

Nombre de tués réclamés: 

Entre 2 et 10

 

  1. Le 21 septembre 2020, l'USAFRICOM a reçu un (1) rapport d'une source médiatique en ligne affirmant que huit (8) civils avaient été tués à la suite d'une opération militaire conjointe Somalienne / États-Unis dans les environs de Tortorrow, en Somalie, le 21 septembre 2020. L'évaluation de l'USAFRICOM est en cours

Nombre de rapports reçus sur les allégations:

1 rapport

Allegation source(s)

Une source médiatique en ligne

Nombre de blessés réclamés:

0

Nombre de tués réclamés:

8